Depuis maintenant plus de 40 ans, j’utilise mes dons de perceptions extra-sensoriels pour aider les gens. Certains médiums utiliseront la cartomancie, d’autres liront dans les feuilles de thé, enfin une multitude d’outils sont utilisés dans le but de lire, prédire l’avenir ou consulter l’invisible.

Pour ma part, c’est l’étude de la graphologie qui m’a un jour fait réaliser qu’en me concentrant dans l’analyse des formes d’écritures, quelques informations sur la personne me venaient à l’esprit. C’est alors que je me suis tourné vers « l’écriture automatique ». En me concentrant sur la personne, diverses informations me viennent et sont mises sur papier. On ne parle pas ici de transe ou toute autre forme de trucs mystiques spectaculaires mais bien d’une pratique qui me permet un détachement de ma personne pour mieux aider autrui.

À l’époque, l’écriture automatique était dévolue surtout au côté « diseur de bonne aventure » et mon taux de succès des prévisions exactes pouvait atteindre 50%, ce qui est en soi remarquable. D’abord, un médium n’est pas infaillible et puis il y aura toujours le libre arbitre de l’autre. Mais au fil des années, ce que j’appellerai mon « canal » s’est affiné et il en ressort des choses plutôt étonnantes.