Ma motivation de vie

De façon générale, ma quête d’évolution a été ma motivation de vie. J’ai toujours été un être un peu à part des autres, de par ma façon de penser et d’agir. En ce sens, mes nombreuses discussions avec celui que j’appellerai mon « maître », Victor, m’ont beaucoup aidé puisqu’elles m’ont apporté la ferme compréhension que l’on doit mettre de côté notre ego et prioriser avant toute chose l’Amour. Aussi, la notion d’orgueil a bien entendu ses subtilités que j’essaie du mieux de mes connaissances de ne pas laisser passer.

Mes outils

Ma quête a donc traversé plusieurs étapes. Tout m’attire : les mystères, l’inexplicable, l’histoire et son miroir, aussi la science et ses réponses. Ainsi, ma bibliothèque s’est enrichie de milliers de livres. À la fois curieux et sceptique, je ne rejette que l’absurde. Un jour, l’étude de la graphologie m’a petit à petit fait réaliser qu’en me concentrant dans l’analyse des écritures, quelques informations sur la personne me venaient à l’esprit. Ce qui m’a amené à développer une nouvelle faculté qu’est « l’écriture automatique ». En me concentrant sur la personne, diverses informations me viennent et sont mises sur papier. On ne parle pas ici de transe ou toute autre forme de trucs mystiques spectaculaires mais bien d’une pratique qui me permet un détachement de ma personne pour mieux aider autrui.

À l’époque, l’écriture automatique était dévolue surtout au côté « diseur de bonne aventure » et mon taux de succès des prévisions exactes pouvait atteindre 50%, ce qui, pour un esprit rationnel comme moi, me questionnait beaucoup. D’abord, je ne suis pas infaillible et puis il y aura toujours le libre arbitre de l’autre. Mais au fil des années, ce que j’appellerai mon « canal » s’est affiné et il en ressort des choses plutôt étonnantes quelques fois. Je vous avoue que je dois garder un certain détachement face à cela pour justement ne pas avoir la « grosse tête » car l’orgueil en toute circonstance, y inclut celle-là, handicape grandement nos capacités. Après plus de quarante ans, je crois être arrivé à un juste discernement des choses et cela m’aide beaucoup.

La Grande Question

Puis, j’ai eu à faire un choix concernant Dieu : existe-t-il ou n’existe-t-il pas? Si je dis « non il n’existe pas », ma quête se termine. Mais si par contre, j’amène l’idée qu’il peut exister, je pars à sa découverte et c’est ce que j’ai décidé de faire, il y a de cela 49 ans.

De cette recherche, vers 1978, j’ai découvert et intégré l’acceptation et les liens qui unissent tous les êtres humains sur Terre, les bons comme les moins bons. J’ai compris que plus je suis en acceptation, meilleur est mon lien pour canaliser les réponses de Vérité. Un événement, peu importe lequel, est plus facile à gérer quand on l’accepte que quand on ne l’accepte pas, d’autant que dans l’acceptation, on trouve la réponse presque à 100%, et le reste si il est accepté, peu importe s’il n’y a pas de réponse, fait moins mal.

Je crois donc que Dieu existe mais je ne crois pas qu’il puisse intervenir d’une façon directe car dans ce cas, il serait injuste : pourquoi guérirait-il un plus que l’autre? Par contre, puisque Dieu a créé l’être humain pour qu’il évolue, qu’il cherche dans le but de trouver, je crois qu’il l’a donc créé avec la possibilité de se guérir et de guérir autrui en mettant à sa disposition une force que j’appelle « fluide énergétique ». Ce fluide emplit l’univers et tous les univers, il nous suffit que d’apprendre à s’en servir et réaliser ainsi des prodiges.

Ce en quoi je crois

L’acceptation nous amène à notre cheminement, oui l’acceptation amène une énergie qui vient du « fluide énergétique » qui nous conduit vers notre création initiale appelée direction de vie. Peu importe son orientation, la direction de vie est l’idéale de chaque être humain, en lien avec tous les autres êtres humains. La conduite de notre vie dans l’acceptation entraîne constamment des fascinations qui alimentent notre vie. La fascination est le combustible, le clin d’œil qui nous permet de fonctionner et de continuer à faire confiance à notre cheminement dans l’acceptation. Je crois qu’en se maintenant dans notre cheminement, il n’y a pas d’injustice, il n’y a que des directions. Donc, plus j’intègre mon cheminement, plus ma vie est juste, harmonie et libre.

Je crois qu’un groupe d’êtres humains lié dans l’harmonie et l’Amour est à même de libérer l’humanité. Libérer de quoi? Libérer l’être humain du négatif de son inconscient et de l’inconscient des morts qui résistent à intégrer ce que j’appelle la « Lumière ». L’univers de l’inconscient des morts, je l’appelle l’Ombre. Et la mission de nous libérer et de libérer l’Ombre est appelé « Le Grand Œuvre ».